Risques Psychosociaux

Zoom sur les Indicateurs Légaux de Prévention des Risques Psychosociaux

Un précédent article détaillait les étapes de diagnostic et prévention des Risques Psychosociaux (RPS).

Zoomons à présent sur les indicateurs légaux permettant de détecter les services prioritaires, nécessitant une intervention de prévention tertiaire.

 

Nous avons pu voir précédemment qu’il existe trois niveaux de prévention (primaire, secondaire et tertiaire).

clinical-trial-icon-2793430_960_720Considérée à tort comme de la prévention, la prévention tertiaire est en réalité une intervention d’urgence, en présence d’indicateurs.

L’analogie peut-être faite avec le milieu médical : en présence de symptômes (indicateurs) il est nécessaire de faire un diagnostic et mettre en place un traitement (prévention tertiaire).

 

Cela dit, un bon diagnostic RPS permet d’aller plus loin et donne des pistes pour améliorer la Qualité de Vie générale des collaborateurs.

Voyons quels sont ces indicateurs « symptômes ».

 

 

Absentéisme

 

 

L’indicateur le plus parlant est le taux d’absentéisme pour raison de santé. Comme quoi le milieu médical n’est jamais loin, en particulier la médecine préventive comme nous le verrons par la suite.

Il est calculé de la façon suivante :

Absentéisme

 

Quatre catégories d’arrêts de maladie sont pris en compte :

  • Maladie ordinaire
  • Maladie professionnelle
  • Accidents du travail
  • Longue maladie et congés longue durée

 

Vous n’êtes pas sans savoir à quel point l’absentéisme peut désorganiser l’entreprise.

Bien qu’en son absence, le salarié ne soit pas rémunéré (sauf exception conventionnelle), cela n’en est pas moins coûteux pour l’employeur. Les tâches et missions censées être exécutées par le salarié sont soit retardées, soit confiées au(x) collègue(s), soit confiées à un(e) remplaçant(e) qu’il faut recruter et former.

 

Bien entendu, tous les arrêts maladies ne sont pas en lien direct avec l’exposition à des risques psychosociaux.

Mais ces facteurs de risque peuvent fragiliser le collaborateur, voir l’épuiser (burn out, bore out). Ces absences peuvent être le résultat d’un abandon et d’une fuite du travail. Cela prend souvent la forme d’un diagnostic de dépression plus ou moins installée.

C’est pourquoi l’absentéisme pour raison de santé fait partie des indicateurs légaux permettant de suspecter la présence de RPS.

 

A noter que le présentéisme n’est pas à sous-estimer pour autant.

 

Bien souvent après des absences répétées, le salarié peut aller jusqu’à quitter l’entreprise. C’est pourquoi le turnover est un indicateur important d’exposition aux RPS.

 

 

Turnover

 

 

Le taux de rotation du personnel (ou Turnover) se calcule avec les éléments de l’année n :

Turnover

 

Lorsqu’un salarié quitte l’entreprise, il faut trouver son remplaçant « à durée indéterminée ».

Tandis que le poste est vacant, les tâches sont retardées ou confiées au(x) collègue(s), voir à un remplaçant provisoire. L’ensemble du service est désorganisé. Pendant que des coûts de recrutement, puis de formation sont engagés.

 

J’en profite pour souligner un fait important : bien trop souvent les tâches sont distribuées au(x) collègue(s) de façon définitive. En plus de la surcharge de travail engendrée, les personnes à qui l’on confie des tâches supplémentaires ont du mal à délimiter leur poste et leur domaine d’intervention et de responsabilité. Bien que les effets ne soient pas visibles au quotidien par le service, ils n’en sont pas moins préjudiciables. Ce phénomène a fait l’objet d’un article.

 

Un turnover important est bien souvent causé par une exposition aux risques psychosociaux. Toutefois cela peut dans certains cas être dû à des conditions de travail physiques éprouvantes. Il n’en demeure pas moins intéressant d’intervenir en faveur d’un environnement protecteur, avec un soutien social de qualité.

 

D’ailleurs, lorsque les conditions de travail (physiques, mentales ou sociales) deviennent éprouvantes, le salarié a recours aux visites médicales à la médecine préventive. C’est ce qui fait l’objet du troisième indicateur légal d’exposition aux RPS.

 

 

Visites Médicales

 

 

Il ne s’agit pas ici de prendre en compte les visites médicales (VM) réglementaires, ni celles demandées par l’employeur. Le troisième indicateur est le taux de visite sur demande du salarié au médecin de prévention. Voici comment est calculé ce pourcentage :

Visites Médicales.jpg

 

En présence d’un grand nombre de demandes de visite médicale, il y a de quoi s’inquiéter et en chercher les raisons sous-jacentes.

Une visite médicale isolée peut découler d’une problématique plus individuelle. Mais lorsque plusieurs membres d’un même service ressentent le besoin de consulter la médecine du travail, cela est considéré comme un signal d’alarme. En effet il ne s’agit plus de problématiques personnelles mais collectives.

Une autre forme d’expression alarmante est la violence en entreprise.

 

 

Violence

 

 

Nous distinguons 4 formes de Violence :

Violence

 

La violence peut avoir deux origines :

  • Violence Interne : émanant du personnel, que ce soit à l’encontre d’un collègue ou d’un usager.
  • Violence Externe : émanant des usagers, que ce soit entre usagers ou envers un salarié.

 

Chacune de ces violences est divisée en deux catégories :

  • Sans arrêt de maladie
  • Avec arrêt de maladie

Ce n’est pas parce que l’épisode de violence n’a pas causé un arrêt maladie, qu’il n’a pas eu de conséquence sur la santé mentale et sociale du collaborateur. Ce sont bien souvent les conséquences sur la santé physique qui entraînent un arrêt maladie, en raison des soins nécessaires, voire de l’hospitalisation.

Cependant, certains épisodes particulièrement traumatiques sont pris en compte en faveur d’un arrêt. C’est particulièrement le cas des policiers qui doivent suivre un parcours psychologique et un examen de leurs capacités à reprendre le travail.

 

Chaque survenue de violence doit être consignée, sans être sous-estimée, car ses conséquences peuvent s’exprimer à plus ou moins long terme.

 

En bref

Quatre indicateurs légaux nous alarment sur la présence de facteurs de risques psychosociaux.

  1. L’absentéisme, source de désorganisation, peut être également le signe de dysfonctionnements nécessitant une prise en charge
  2. Le turnover est une sonnette d’alarme : s’il est important, il faut en connaitre les raisons. Les salariés restants sont certainement en souffrance.
  3. Les demandes de visite médicale ne sont pas à sous-estimer. Face à un grand nombre il ne s’agit plus de problématiques individuelles mais collectives.
  4. Les violences, quelles que soient leur forme, ont des conséquences sur les collaborateurs et leur santé mentale et sociale.

 

En présence de plusieurs indicateurs il est particulièrement urgent d’intervenir. Ils permettent de déterminer les priorités de prévention tertiaire.

 

Le prochain article viendra compléter celui-ci et fera l’objet d’un phénomène trop souvent négligé : le présentéisme.

 

A bientôt,

Yohanna Gomez

Tagged , , , , , , , , , , , ,

About Yohanna Gomez

Psychologue du Travail Consultante
View all posts by Yohanna Gomez →

Laisser un commentaire